La technologie de pointe au musée : élement phare de la diffusion culturelle

Après cette plongée dans l’univers des technologies de pointe qui seront dans quelques temps dans nos salons, revenons à notre sujet de prédilection les musées et la culture. Comme j’avais pu vous le dire, les musées ne sont pas en reste dans le domaine des nouvelles technologies. Cette semaine et les semaines à venir seront l’occasion d’explorer l’avenir de nos musées, avec les conférences et salons de cette fin de Janvier.

Cette année l’accent était porté lors du salon du CES sur la 3D et ses récentes avancées. Dans le monde de la culture et des musées, la 3D a toujours été un sujet important permettant une immersion dans le cœur même des œuvres et des bâtiments. Elle est présente dans les conférences sur la technologie et les musées, depuis leur création en 1991 et 1995. Son application concerne à la fois le lieu avec la volonté de créer des environnements immersifs et les œuvres. La 3d est notamment utilisée dans le domaine de la restauration pour connaitre les différents états d’une œuvre ou d’un bâtiment. Un des premier environnement totalement en 3D intéractif apparait en 1999 c’est le Virtual Leonardo développé en collaboration avec l’école polythechnique de Milan, où l’on peut déambuler dans un monde en 3d peuplé d’ inventions de Léonard de Vinci. Depuis lors la technologie a progressé, des logiciels proposent de créer des musées virtuels en 3D, des scanners se développent pour numériser les œuvres sans avoir à les toucher.

Ces quelques exemples vont vous permettre de voir l’étendue de ces avancées. N’hésitez pas à me faire part d’autres exemples dans les commentaires !

En matière de reconstitution et d’œuvre d’art en 2009 lors des conférences Museums and the Web est présenté le projet de l’université de princeton et sa collaboration avec l’université de Pise, pour recréer les fresques de Piero de la Francesca dans la Chapel de San Francesco à Arezzo. Le logiciel créé, permet de diffuser les œuvres en 3d sur le site internet en utilisant le navigateur internet explorer, d’autres modes de diffusion sont aussi prévus utilisant les technologies de pointes comme les lunettes 3d à l’intérieur même de la chapelle, le Cave like system qui permet de projeter l’œuvre sur le mur de la chapelle.

pierodellafrancesca

Concernant les sculptures et la restauration je ne résiste pas à vous donner l’exemple de Notre Dame de Grasse du musée des Augustins de Toulouse. Le site Internet Polychromies secrète permet d’appréhender les différentes couleurs utilisées lors des restaurations successives, il nécessite le navigateur Internet explorer . Lors de la conférence de la Novela au musée des Augustins, un film en 3D portant sur les états successifs de l’œuvre était présenté au moyen d’un écran autostéréoscopique, ne nécessitant pas de lunette.

Le dernier exemple que je souhaitais vous présenter est un des plus prometteurs et permet de rêver à ce que pourrait être le musée de demain. Ce n’est autre que le laboratoire d’essai du Louvre, le museum Lab implanté au Japon dans l’immeuble de la société Dai Nippon Printing qui collabore avec le musée en mettant à disposition sa technologie.

Chaque année de nouveaux outils y sont présentés et testés. La première année en 2006, un écran tactile permettait d’appréhender la construction du Carabinier de Géricault, les techniques de la 3d furent explorées lors de la deuxième année avec des statuettes grecques, les Tanagras. Je vous invite à une visite de la cinquième exposition ayant eu lieu en 2009 sur un tableau de l’école hollandaise, enregistrée sur You tube par un chercheur du MIT, leonardobonanni .