Suite des rencontres Culture et Innovation(s)

Après une matinée consacrée au son et à l’image, l’après midi de la réunion des musées organisée par le CLIC s’est orientée vers les nouvelles pratiques et la question des médias sociaux. Comme dans mon article précédent, je ne ferais pas ici le compte rendu de la réunion mais ferais ressortir les points dont l’importance demande une étude plus approfondie.

Parmi ceux-ci l’intervention d’Aurélie Henry et son regard porté sur son année au Smithsonian, justement intitulée un musée sans musée. Les quelques chiffres donnés sur ce musée résument son importance et ses enjeux, 19 musées, 9 centres de recherche et 35 sites Internet en comptant ses nombreuses présences sur les médias sociaux. Très actif sur Twitter, à l’origine de nombreux sujets, le Smithsonian explore aussi de nouveaux réseaux comme le réseau U stream. Alliant la vidéo au commentaire en direct via Facebook et Twitter, Ustream s’apparente à une chaine de télévision où sont diffusés des programmes en direct.

Au delà de ce réseau qui appelle comme vous en vous en doutez surement une analyse approfondie, un autre sujet abordé lors de cette intervention sera lui aussi abordé plus longuement dans un prochain post : la conférence 2.0 organisée par le Smithsonian. Orchestré en 5 ateliers thématiques la conférence du Smithsonian a donné lieu à un rapport édité en 2009. Au delà de cette conférence, c’est la mission même du musée abordée lors de la réunion qui dessine le musée de demain : accroitre et diffuser le savoir. A présent l’important n’est pas la collection mais les histoires que racontent les objets qui sont dans cette collection.

L’étude de cas du Smithsonian fut suivie par un panorama des bonnes pratiques dans les médias sociaux, par Diane Drubay auteur d’un des tout premier blog sur la communication des musées: Buzzeum, à présent consultante et dont les conseils ne sont pas étrangers à la naissance de ce blog. Son travail au musée Henner illustre d’ailleurs son implication dans les médias sociaux et leur intérêt pour les musées. Dans ce panorama un point essentiel est à retenir, l’importance du dialogue. L’entrée dans les médias sociaux doit se faire en lien avec le réel et mener vers une véritable production du public. Selon Samuel Bausson webmaster du Museum de Toulouse un des musées les plus actifs dans les médias sociaux,  » il faut passer de la conservation à la conversation« . La création par le public peut d’ailleurs prendre différentes formes comme le souligne les exemples donnés par Diane : le témoignage vidéo comme c’est le cas pour le Mattress Factory Art museum et son programme MfI Confess, ou la photo avec l’un des concours Flick’r « Colour Chart » organisé par la Tate pour créer le poster de la nouvelle exposition.

Je terminerais cette immersion dans les rencontres nationales des musées, par l’exemple donné par l’association des musées de Bretagne Les Champs Libres et son exposition Boat People. Conçu comme un mini site viral, Boat People ne concerne pas simplement l’exposition mais tend à l’enrichir par une veille régulière sur le sujet, des liens vers la presse, des podcasts, des vidéos. Le rapport à la communauté se fait notamment par l’intermédiaire de la rubrique actualité qui mène vers un mur contributif alimenté par le biais du sujet #boatpeople sur Twitter. L’interêt de cet exemple est aussi dans sa création en interne sur un système de publication open source Spip et dans la réalisation d’un Widget permettant d’exporter l’exposition sur les blogs et sites Internet que vous pouvez voir ci- dessous.

Dans les posts à venir seront analysées les nouveaux réseaux et études de cas évoqués lors de cette réunion. En attendant pour un véritable compte rendu de cette réunion rendez vous sur Buzzeum.

La technologie de pointe au musée : élement phare de la diffusion culturelle

Après cette plongée dans l’univers des technologies de pointe qui seront dans quelques temps dans nos salons, revenons à notre sujet de prédilection les musées et la culture. Comme j’avais pu vous le dire, les musées ne sont pas en reste dans le domaine des nouvelles technologies. Cette semaine et les semaines à venir seront l’occasion d’explorer l’avenir de nos musées, avec les conférences et salons de cette fin de Janvier.

Cette année l’accent était porté lors du salon du CES sur la 3D et ses récentes avancées. Dans le monde de la culture et des musées, la 3D a toujours été un sujet important permettant une immersion dans le cœur même des œuvres et des bâtiments. Elle est présente dans les conférences sur la technologie et les musées, depuis leur création en 1991 et 1995. Son application concerne à la fois le lieu avec la volonté de créer des environnements immersifs et les œuvres. La 3d est notamment utilisée dans le domaine de la restauration pour connaitre les différents états d’une œuvre ou d’un bâtiment. Un des premier environnement totalement en 3D intéractif apparait en 1999 c’est le Virtual Leonardo développé en collaboration avec l’école polythechnique de Milan, où l’on peut déambuler dans un monde en 3d peuplé d’ inventions de Léonard de Vinci. Depuis lors la technologie a progressé, des logiciels proposent de créer des musées virtuels en 3D, des scanners se développent pour numériser les œuvres sans avoir à les toucher.

Ces quelques exemples vont vous permettre de voir l’étendue de ces avancées. N’hésitez pas à me faire part d’autres exemples dans les commentaires !

En matière de reconstitution et d’œuvre d’art en 2009 lors des conférences Museums and the Web est présenté le projet de l’université de princeton et sa collaboration avec l’université de Pise, pour recréer les fresques de Piero de la Francesca dans la Chapel de San Francesco à Arezzo. Le logiciel créé, permet de diffuser les œuvres en 3d sur le site internet en utilisant le navigateur internet explorer, d’autres modes de diffusion sont aussi prévus utilisant les technologies de pointes comme les lunettes 3d à l’intérieur même de la chapelle, le Cave like system qui permet de projeter l’œuvre sur le mur de la chapelle.

pierodellafrancesca

Concernant les sculptures et la restauration je ne résiste pas à vous donner l’exemple de Notre Dame de Grasse du musée des Augustins de Toulouse. Le site Internet Polychromies secrète permet d’appréhender les différentes couleurs utilisées lors des restaurations successives, il nécessite le navigateur Internet explorer . Lors de la conférence de la Novela au musée des Augustins, un film en 3D portant sur les états successifs de l’œuvre était présenté au moyen d’un écran autostéréoscopique, ne nécessitant pas de lunette.

Le dernier exemple que je souhaitais vous présenter est un des plus prometteurs et permet de rêver à ce que pourrait être le musée de demain. Ce n’est autre que le laboratoire d’essai du Louvre, le museum Lab implanté au Japon dans l’immeuble de la société Dai Nippon Printing qui collabore avec le musée en mettant à disposition sa technologie.

Chaque année de nouveaux outils y sont présentés et testés. La première année en 2006, un écran tactile permettait d’appréhender la construction du Carabinier de Géricault, les techniques de la 3d furent explorées lors de la deuxième année avec des statuettes grecques, les Tanagras. Je vous invite à une visite de la cinquième exposition ayant eu lieu en 2009 sur un tableau de l’école hollandaise, enregistrée sur You tube par un chercheur du MIT, leonardobonanni .

Au-delà de la communication : Le concept de musée créateur

Comme annoncé dans l’article précédent, je souhaite aborder aujourd’hui le concept du musée créateur, dont le musée de Brooklyn est un des plus parfaits exemples. Avant d’entrer dans le cœur du sujet, il convient de définir quelle signification j’entends donner à ce terme. Les musées, institutions culturelles, créateurs sont à mon sens ceux qui vont au delà de la communication dans les médias sociaux. Ils ont atteint un second palier qui consiste à s’approprier Internet et les médias sociaux, ils se caractérisent par une réelle compréhension des médias et de leur fonctionnement.

Les preuves de cette évolution se manifestent à l’intérieur même des réseaux. Il en résulte un changement de destination comme j’avais pu déjà vous le dire dans le post concernant la Novela et comme le prouvaient les statistiques Nielsen, les médias sociaux devenant une des sources premières dans la recherche de contenu.

Dans l’article précédent, un des facteurs de la compréhension du réseau et de son fonctionnement par le musée de Brooklyn se traduisait par la création de l’application ArtShare. L’intérêt de Facebook est en effet dans les applications, le bouche à oreille dont elles bénéficient formant l’essence même de ce réseau. Sans toutefois aller jusqu’à la création, certains musées ont déchiffré les clés du réseau Facebook et utilisent des applications existantes pour diffuser leurs oeuvres. C’est le cas de l’application intitulée Gift qui permet aux membres de s’envoyer des cadeaux virtuels sous forme d’images. Le musée de l’université de Glasgow, le musée Hunterian utilise cette application pour diffuser ses œuvres.

gifhunterian

Le musées de science de Boston reprend pour son compte le concept de Gift pour permettre de s’envoyer les animaux emblématiques du musée, comme le papillon ou le tyrannosaure. La création ou l’utilisation d’applications par le musée, lui donne l’occasion de créer une page qui informe le membre du nombre de personnes qui utilisent l’application, des nouveautés concernant celle-ci. Elle offre un moyen supplémentaire d’engager la discussion avec le visiteur.

giftboston

L’utilisation d’application existante sur Facebook donne-t-elle pour autant à un musée le statut de créateur et témoigne-t-elle de sa compréhension  des réseaux? Pour répondre à cette question il faut se pencher sur le site du musée, ses autres présences sur le réseau et sa manière de s’y présenter.

Concernant le musée Huntérian de Glasgow, sa participation sur Facebook est annoncée sur la première page de son site, ainsi que la réalisation d’une application sur Iphone. Les actualités du musée bénéficient pour leurs parts d’un Flux RSS. Sur Facebook, en dehors des informations sur le musée, est mis en valeur son entrée dans d’autres médias, comme Twitter, ou Flickr et You tube. Bien que ce musée marque sa présence dans les médias sociaux, celle-ci reste trop récente pour le qualifier de musée créateur, étant sur Facebook depuis Mars 2009, sur Twitter,Youtube et Flickr depuis Avril.

Pour savoir si un musée accède à ce nouveau stade de compréhension des réseaux, il importe comme vous pouvez vous en douter d’analyser en profondeur ce musée et son discours sur les médias. Se sera le principal objectif de la rubrique Focus initiée avec l’analyse du musée de Brooklyn.

Si la création d’application sur Facebook est un marqueur de l’évolution du musée vers un nouveau palier, celle-ci se manifeste aussi dans d’autres médias sociaux. Twitter est utilisé dans la diffusion de l’information, de manière instantanée et ininterrompue.

Etre créateur sur Twitter, c’est élaborer un contenu relié au site du musée et faciliter sa recherche. Ceci est rendu possible par l’ajout d’un symbole le # à un sujet particulier. Ainsi, l’accès au sujet se fait directement dans la partie recherche et toutes les informations publiées par le musée et d’autres membres apparaissent dans le média. Tant que l’institution fait vivre le sujet celui-ci peut être recherché sur Twitter. En effet, il n’y a pas d’archives sur Twitter, son essence étant d’apporter les informations en temps réel. Assimiler le fonctionnement de Twitter, se traduit par la création de sujets pour un temps donné, à l’exemple du musée d’Art Moderne (MoMA) de New York.

MOMAtwitt

En octobre, le musée souhaite savoir quelles expositions ses fans vont voir cet automne. Il lance le sujet dans les statuts du musée sur Facebook, il le reprend ensuite sur Twitter en créant pour cette occasion le sujet #fallart. Pendant tout le mois d’octobre sur Twitter, les fans répondent au musée et diffusent le sujet. Le sujet est repris, sous forme de Retweet par d’autres musées qui répondent à leur tour au MoMA en mettant leur propre exposition en valeur, comme le fait le musée de Boca Raton en Floride.

bocaratontw

Au delà de la facilité de recherche, par ce symbole se créé un réseau d’intérêt commun. Il donne ainsi la possibilité aux institutions de la culture de tisser une toile de la culture dans le réseau.

Un dernier exemple de ce nouveau palier atteint par certain musée, la création d’un compte sur Delicious. Sur ce réseau, le musée est créateur d’information, comme sur Twitter, mais son action y est différente. Sur Twitter, les informations données concernent dans un premier temps l’institution et font un lien direct vers le site du musée, elles peuvent ensuite concerner d’autres sites. Sur Delicious, le principe est en quelque sorte inverse, il s’agit de partager les liens que l’on trouve pertinents et non pas de renvoyer sur le site de l’institution.

C’est donc une présence qui traduit une véritable connaissance du réseau, des blogs scientifiques, des sites d’informations, qui sont en relation avec l’institution. De fait, peu de musées apparaissent sur ce réseau de partage de liens. Le musée de Brooklyn y est présent et partage des liens vers des articles venant de la presse, des blogs mais aussi vers des pages dans les médias sociaux ou même des documents. Ainsi, en novembre l’exposition sur la vie du Christ est enrichie par des liens vers un site d’informations publiant une interview d’une curatrice du musée et une vidéo de l’exposition.

brooklyndel

Si j’ai peu parlé des musées français dans cet article sur les créateurs et dans mes précédents articles, il faut souligner la présence de deux musées toulousains sur Delicious qui nous incite à les explorer plus en détails lors de prochains Focus. Ces musées sont le muséum d’histoire naturelle et le musée d’art contemporain Les abattoirs. Leur participation sur Delicious, se démarque même de celle des musées américains puisque ils ne se contentent pas de partager leurs liens, ils ont aussi formé leur propre réseau sur ce média. Delicious, permet en effet de suivre les liens d’autres membres qui font alors partie de son propre réseau.

reseaufrançaisdel
Représentation graphique des réseaux sur del.icio.us network explorer

Le concept de créateur, se manifeste donc dans différents réseaux et s’attache à la manière dont l’institution les utilise. C’est le fonctionnement même du média qui fait l’essence de son appropriation et de sa compréhension par l’institution. Les preuves de l’accès à ce second palier d’assimilation peuvent se manifester dans un ou plusieurs médias comme c’est le cas du musée de Brooklyn. Créateur d’application sur Facebook, de sujet sur Twitter, il est aussi présent sur Del.icio.us. Cependant cette prise de possession se manifeste aussi sur le site du musée et dans ses murs par le lien qu’il créé entre l’institution et les médias sociaux. C’est le cas notamment du MoMa qui fera l’objet du prochain Focus.

Les musées créateurs sont donc, comme vous le verrez, peu nombreux et la plupart ajoutent  l’expérience à la connaissance. Comme le musée de Brooklyn ils sont dans les réseaux depuis deux à trois ans. Et leur action, leur appropriation, nous permettent d’entrevoir un changement dans la relation du musée à Internet.

En accédant à un palier supplémentaire dans la compréhension, les musées, les institutions culturelles, changent ces médias, leur donnent une plus-value. Ils n’offrent plus simplement la possibilité de  gérer son réseau de communication, de diffuser les actualités, de dialoguer avec le public mais deviennent des sources d’informations scientifiques reconnus. Créateurs, ces musées le sont de leur présence sur Internet et dans les réseaux. Ils ne sont plus guidés par leur volonté d’entrer dans les réseaux, ils façonnent les médias sociaux et l’Internet à leur image.