La nuit a twitté, quelle night !

Vous n’êtes pas sans savoir qu’hier se déroulait une nuit des musées un peu spéciale pour quelques quarante musées en France. J’ai pu en effet vous faire part des premiers pas du musée de la Marine sur Twitter dont le point de départ était la participation à l’opération la « nuit twitte ».  Cette semaine j’ai souhaité partager avec vous en un court article, cette nuit passée à twitter pour le musée national de la Marine. Je me pencherais plus en détail sur les retours de cette opération riche en émotion, pour tous les musées participants, dans mon prochain article.

La « nuit twitte » s’est déroulée en deux temps distincts, si le réseau était l’élément commun les acteurs furent bien différents. Il y a donc eu, l’avant la « nuit twitte » et le moment de la « nuit twitte ». Quelques jours avant, le réseau était devenu un lieu de communion entre musée, chacun parlant de ses préparatifs, se souhaitant une bonne nuit, ou reprenant les informations de l’un ou de l’autre. C’était un rassemblement virtuel à l’image de la parade virtuel que l’on pouvait voir sur le site Isparade et que chaque musée avait twitté. Avant que se déroule la nuit proprement dite, je m’attendais à ce que ce dialogue intermusée ait lieu aussi pendant la nuit des musées alliant musée et public surtout sur la toile. La réalité fut tout autre, le réseau virtuel devenant lieu de communion avec un public lui bien réel.

L’acteur principal de la « nuit twitte » fut donc le public, chacun offrant sa version de la relation musée, visiteur. Intrigués par le point twitter et l’ordinateur placé à l’accueil du musée, certain n’osait pas faire le premier pas mais n’hésitait pas à se prèter au jeu après quelques explications. Le compte du musée de la Marine se transformait peu a peu en livre d’or. Accompagné dans leur prose les enfants curieux et hésitants succédaient aux habitués du musée, aux touristes venus pour la première fois au musée. Ce fut aussi le point de rassemblement des étudiants guides de l’Association pour la Promotion du Patrimoine et de l’Histoire Militaires qui se prétaient avec beaucoup d’enthousiasme au jeu du twitte et apprenaient en retour combien leur visite plaisait au public. Je dois vous avouer que bien des fois les 140 caractères de Twitter ne suffisaient pas pour décrire les impressions de la nuit. Il s’est dit et passé bien plus de choses autour de ce point Twitter que ce que la vingtaine de twittes du public et en tout les 56 twittes du musée ont pu révéler au reste de la France et des musées participants.

En conclusion, je ne peux que remercier les organisateurs de la nuit Twitte. Cette opération qui rassemblait au début les musées et leur permettait d’échanger s’est muée en communion avec le public. Le virtuel devenant le vecteur de relations réelles, d’émotions partagées, tel ce jeune garçon twittant consciencieusement avec un seul doigt sur les touches du clavier, ou cette habitante du quartier pour qui le musée national de Marine est un lieu d’évasion privilégié.

69036b7e9e4eb4b92e0ff3c6dff9f6f7


Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *