De l’omniprésence des réseaux sociaux

Dans le post précédent la question de l’importance des réseaux sociaux s’était matérialisée par la tenue de la première conférence française sur les réseaux sociaux et mon amorce d’un compte rendu qui se poursuit ici. Si le temps a passé depuis cette première intervention, la question des réseaux sociaux est devenue le sujet phare des conférences et colloques organisés depuis le mois de juin, et la matière de mon prochain article n’est autre qu’une conférence organisée par le Musées des Augustins en ce début de mois d’octobre.

L’intervention choisie pour illustrer la première partie de l’article concernait la recherche en matière de réseaux sociaux et s’était déroulée le matin de la conférence. Les interventions de l’après midi concernaient pour leur part les entreprises et leurs manières d’appréhender les réseaux sociaux.

Elles ont mis à jour une donnée essentielle des réseaux sociaux, le choix du réseau face au but recherché. Ainsi deux réseaux professionnels furent présentés, le réseau Viadeo et le réseau Weavlink. Crée en 2004 Viadéo compte 80 millions de pages c’est à la fois un réseau de networking et un outil de gestion de carrière. Nettement plus jeune le réseau Weavlink lancé en 2007 met en lien les recruteurs avec les anciens élèves des grandes écoles. Dans une démarche orientée vers toutes les formes du Web 2.0, il propose en 2008 le premier Forum virtuel de l’emploi pour les étudiants des grandes écoles. Sur la plateforme virtuelle de Google Lively vont se dérouler pendant deux jours des entretiens bien réels entre recruteurs et candidats.


Ces deux réseaux mettent en avant emploi et carrière et se démarquent ainsi des réseaux sociaux les plus connus tel que Facebook ou Myspace. De manière générale deux formes de réseaux sociaux se distinguent sur Internet, les réseaux de socialisation et de divertissement et les réseaux professionnels spécialisés dans la recherche d’emploi ou la gestion de carrière. Il faut quand même souligner que cette division n’est pas stricte, des carrières peuvent se jouer dans les réseaux sociaux et les réseaux professionnels peuvent être utilisés dans la communication évènementielles par les artistes.

La question de la communication culturelle sur le réseau Facebook fut le sujet de mon intervention. L’analyse de la présence des musées sur Facebook et plus particulièrement des musées anglo-saxons apporte une première pierre à  notre réflexion sur l’usage des réseaux par les acteurs de la culture.

La première utilisation de Facebook est de l’ordre de la communication, pour annoncer les expositions à venir dans le musée et les actualités . La deuxième utilisation entre dans la mission de médiation du musée et vise à changer les rapports du musée avec le public. La participation du musée, la relation qu’il souhaite entretenir avec le public, bref un véritable dialogue que nous avions déjà noté dans notre mémoire en 2007 se joue à présent sur ce réseau. Cette nouvelle participation des musées à d’ailleurs fait l’objet d’ un article du Art NewsPaper en mai 2009, par Jim Richardson directeur de SUMO, agence de conseil en design dans le domaine de l’art et de la culture et auteur du blog Museummarketing . Mettant en avant le nouveau site du MOMA celui-ci insiste sur la participation des musées “ si ils devaient réellement engager leur enterprise, ils pourraient transformer leur relation avec leur public, changer la perception des gens et accroître considérablement la portée de leur collection ».

La communauté au MOMA

Participation, Engagement, Médiation, sont les maîtres mots qui vont guider la réflexion que je vous soumets autour du Web 2.0 et de la culture. Vos commentaires sont bien sûr attendus avec la plus grande impatience!

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *